Regards croisés sur Cuba : enjeux et perspectives

Séance du groupe de travail sur Cuba

Vendredi 25 mai 2018 (17h00 – 19h45)
Amphithéâtre (1e étage)
IHEAL  28, rue Saint-Guillaume 75007, Paris

 

Nous vous  remercions par avance de bien vouloir confirmer votre présence avant le 23 mai – 17  h (liste transmise à l’accueil, pour des raisons de sécurité – plan Vigipirate) à l’adresse électronique suivante: stephane.m.witkowski@gmail.com

 

Deux personnalités, reconnues pour la qualité de leur expertise et leur remarquable connaissance de Cuba, partageront leurs visions sur les enjeux et les perspectives de l’île.

Il s’agit de Michael PARMLY, un ancien diplomate du Département d’Etat, ancien Chef de la Section des Intérêts américains à La Havane et de Guillaume LONG, ancien ministre des Affaires Etrangères de l’Equateur et professeur des relations internationales.

Au-delà de deux approches complémentaires, (un « autre regard » américain et une « vision bolivarienne »), les deux intervenants évoqueront un certain nombre de sujets :

–  En quels termes la problématique cubaine se pose aux Etats – Unis en 2018 ? Des  enjeux de politique intérieure, des considérations géostratégiques, l’influence de l’opinion publique et de la presse, les relais d’opinion (réseaux sociaux, blogs, Internet…), le rôle croissant de la communauté « latino-américaine », le poids de quelques personnalités politiques d’origine cubaine, les réseaux des cabinets d’avocats et des lobbys économiques, la qualité de la recherche et le bouillonnement intellectuel relatifs à cette question (universités, laboratoires d’idées, littérature spécialisée), l’évolution de la diaspora cubano-américaine (discours, représentativité politique et institutionnelle, modes d’action), la « nouvelle donne » à la Maison Blanche et les élections de mi-mandat qui se profilent en novembre 2018 et la présidentielle de 2020…

Quelle signification donnée à l’élection de Miguel DIAZ – CANEL à la présidence du Conseil d’Etat le 19 avril au terme d’un long processus électoral, quels enseignements et quelles perspectives institutionnelles et politiques ? Les enjeux de « l’actualisation du modèle économique en cours », l’approfondissement des réformes et les marges de manœuvre du prochain gouvernement constitué en juillet. Comment relever le défi  de « l’institutionnalisation de la Révolution » dans le cadre d’une « transition générationnelle » ? Les axes de la politique extérieure cubaine face à la présidence de Donald TRUMP et la recomposition régionale sud-américaine avec, en fond de toile, les crises vénézuélienne et brésilienne seront analysées. Avec quelle approche doctrinale, quel équilibre entre radicalisme et modération, et quel poids donné à ses préférences idéologiques, le nouveau gouvernement cubain affrontera-t-il sa politique extérieure ? Qu’attendre de la politique de Cuba face à son hémisphère, face au Sud Global, aux grandes puissances ? Et l’accord-cadre de coopération politique et de coopération entre l’UE et Cuba peut-il constituer un « modèle de partenariat » solide à échéance 2030 ?

Diplomate de carrière – dont une longue expérience de 33 ans au Département d’Etat américain Michael PARMLY a exercé dans différents pays (Afghanistan, Bosnie- Herzégovine, Colombie, Maroc, France, Espagne…). Chef de la Section des intérêts américains à La Havane de 2005 à 2008, il continue de suivre de près l’évolution des relations entre Cuba et les Etats-Unis et notamment depuis l’annonce simultanée du rétablissement des relations diplomatiques des Présidents Barack OBAMA et Raul CASTRO le 17 décembre 2014. Ministre Conseiller au Service Extérieur, il a été Directeur d’Europe du Nord et Conseiller politique du Bureau de la Mission des Etats- Unis auprès de l’Union européenne. Il a été Professeur au Conseil National de Sécurité au Collège de Guerre.
Actuellement installé à Genève depuis 2013, il a notamment pris position pour la restitution à Cuba de la base militaire américaine de Guantanamo.

Guillaume LONG est un homme politique et universitaire équatorien, français et britannique. Docteur en Relations Internationales de l’Université de Londres, ancien ministre de la Culture, ministre des Connaissances et du Talent humain, et ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Rafael CORREA, il est ambassadeur de l’Equateur auprès des Nations Unies à Genève jusqu’en janvier dernier, quand il démissionne, de façon très publique, en opposition au gouvernement de Lenin MORENO. Il est actuellement professeur à l’IEP Paris.

Son séjour aux Affaires étrangères, est marqué par la Crise de l’UNASUR et de la CELAC. Il s’investit personnellement dans les pourparlers de paix de Quito entre le gouvernement colombien et la guérilla de l’ELN. Il propose et conduit avec son homologue colombienne María Ángela HOLGUIN, un consensus entre neufs pays d’Amérique latine pour demander au Secrétaire d’État John KERRY que les États- Unis abandonnent la politique dite « pieds secs, pieds mouillés » envers les migrants cubains. Sous son mandat, l’Equateur est élu pour la première fois à la présidence du G77,  et  reçoit,  aussi  pour  la première  fois,  la  visite  d’un  président  chinois, celle « d’Etat » de Xi JINPING. Il est le négociateur de l’Equateur au sein de l’OPEP et participe des réunions qui donnent lieu en 2016 à une réduction de la production mondiale de près de 1,8 million de barils par jour.

Organisé dans le cadre de la Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes 2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.