Séminaire 24 novembre 2018 : Marianela Porraz et Yoselín Rodríguez

Patrimoine/s et Etudes culturelles Latino-américanistes : deux propositions de doctorantes

Mexico et les mythes de la modernité : l’agence française Dubois-Marcon face aux architectes postrévolutionnaires (1907-1950)

Ana Marianela PORRAZ CASTILLO

En 1904, deux étudiants en architecture à l’École des Beaux-Arts de Paris, Paul Dubois (1874- 1953) et Fernand Marcon (1877-1962), rejoignent l’agence du Palais Législatif à Mexico, dont l’édification a été confiée par le Porfiriat au célèbre architecte Émile Bénard (). Simultanément, ils consolident  un solide réseau professionnel qui leur permet de créer en 1907 l’une des agences les plus importantes à Mexico et de rester sur le territoire jusqu’en 1929, traversant les combats de la Révolution Mexicaine (1910-1921) et de la première Guerre Mondiale (1914-1918). Méconnue par l’historiographie, cette collaboration transatlantique a abouti en la réalisation de plusieurs édifices, notamment pour les industriels Barcelonnettes, dont la plupart sont devenues aujourd’hui des références urbaines reconnues.

Parallèlement, le conflit révolutionnaire a renforcé un sentiment de non-conformité avec l’impérialisme culturel européen et une quête pour une identité propre, fait qui a intensifié les débats dans les cercles intellectuels mexicains sur la création d’un art national.  Paradoxalement, c’est à cette époque que Paul Dubois intègre l’enseignement de l’architecture (1913-1929) à l’École des Beaux-Arts de San Carlos, contribuant à la formation des architectes mexicains tels que José Villagrán García (1901-1982), Juan Segura Gutiérrez (1898-1989) et Carlos Obregón Santacilia (1896-1961) entre autres, souvent reconnus comme les précurseurs du mouvement fonctionnaliste.

L’hypothèse du travail part du fait que tout au long de cette période, un multiple et conflictuel dialogue architectural s’est développé, déclenchant une série de réponses afin de surpasser les contradictions et définir les lignes directrices d’une nouvelle architecture.

Par le biais des notions d’intertextualité et de réception, l’analyse du travail de l’agence Dubois-Marcon en contraste avec l’œuvre et la pensée des architectes mexicains postrévolutionnaires, devrait permettre de réexaminer avec une nouvelle acuité la position que l’architecture, les idées et les imaginaires sur la France ont joués dans la modernité architecturale et artistique mexicaine dans la première moitié du XXe siècle.

Mots-clés : Architecture transatlantique, Révolution Mexicaine, Identité, Dialogue, Intertextualité, Réception

Amérique latine et Caraïbes à l’UNESCO : les enjeux du patrimoine dans les relations internationales (1960 – 2015)

Yoselín RODRÍGUEZ

Depuis la création de l’Organisation des Nations Unis pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), l’Amérique latine et les Caraïbes participent activement aux différents programmes créés sous l’égide de ce système onusien. Tous les États de la région ont d’ailleurs adhéré à l’UNESCO. Cette région regroupe elle-même une grande diversité de pays (33) et est présentée dans cette recherche selon une définition propre à l’UNESCO qui ne correspond pas forcément à la géographie. Elle se réfère à l’exécution des activités régionales de l’Organisation.  Cette particularité la rend plus apte à créer les synergies nécessaires pour passer sur les enjeux des relations internationales.

Ce travail cherche à étudier le patrimoine [au sens extensif] comme enjeu des relations culturelles internationales, depuis une perspective latino-américaine. Il vise à mesurer, notamment,  l’implication et la contribution de l’Amérique Latine et des Caraïbes à l’adoption et à la construction des différents programmes patrimoniaux adoptés à l’UNESCO. L’Amérique latine et les Caraïbes est une région dynamique qui se caractérise par sa diversité culturelle, particularité qui aurait motivé les pays de cette région à prendre des initiatives pour la reconnaissance d’un nouveau type de patrimoine « moins élitiste ».

Il s’agit d’une première étude historique des deux législations – les plus importantes à l’échelle internationale en ce qui concerne le patrimoine –  dont la Convention du patrimoine mondial culturel et naturel (1972) et la Convention du patrimoine immatériel (2003). Cette recherche s’inscrit dans les champs de l’histoire contemporaine, de l’histoire culturelle, de l’histoire sociale, de l’histoire des relations internationales, des relations culturelles internationales et des études américanistes. Pour mener à bien ce travail, nous utilisons les fonds des archives de l’UNESCO, les archives des Centres de catégories 2, les archives diplomatiques des délégations auprès de l’UNESCO et des sources orales, dont des interviews aux d’experts et de diplomates latino-américains.

Mots-clés : UNESCO, Amérique latine et Caraïbes, Patrimoine mondial, Patrimoine immatériel, Relations culturelles internationales, Diplomatie culturelle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.